Airbus A320 Néo : l’A320 remotorisé

aviation | Constructeurs aéronautiques

L’A320 est l’avion de ligne moyen-courrier vedette de l’avionneur européen Airbus. Il a donné naissance à de nombreuses versions comme l’A318, l’A319 et l’A320. Il est également disponible en version fret et en version jet d’affaire. Depuis son premier vol en 1987, cet avion a fait le succès d’Airbus en dépassant les 10 000 exemplaires en 2013. Toutefois, il reste en seconde place des avions les plus vendus au monde après le B737 de Boeing. Pour dépasser son principal concurrent, Airbus a donc eu une idée de génie : celui de remotoriser son avion star pour qu’il devienne plus économique. C’est ainsi que l’A320 Néo a vu le jour.

Une stratégie gagnante

Pour Airbus, la remotorisation de l’A320 équivaut à une prolongation de vie de cet avion. Non seulement, cela booste les commandes, mais permettrait aux compagnies aériennes de faire des économies conséquentes sur le carburant. Selon les responsables d’Airbus, l’économie s’élèverait à 15 % de la consommation habituelle.

Airbus A320 Neo

La différence avec l’A320 classique

Avec l’A320 Neo pour New Engines Option, c’est la motorisation qui change. Il faut savoir que la version Neo est également valable pour l’A318, l’A319 et l’A321 qui appartiennent tous à la famille d’A320. Dans cette famille, les avions diffèrent en termes de conception notamment au niveau de la longueur du fuselage, leur capacité d’accueil et leur moteur puisque leur masse diffère d’un modèle à l’autre.

Lorsqu’on parle de la version Neo, on parle donc d’un nouveau moteur plus économique et également de l’ajout de winglets géantes. Ces dernières ont été baptisées Sharklets et se traduisent par des prothèses d’aile. Ces deux changements seront alors les précurseurs de la réduction de consommation puisque les Sharklets pourront y contribuer à raison de 3, 5 %.

Les motorisations retenues

Lorsqu’Airbus a évoqué la remotorisation de son A320, de nombreuses propositions de moteurs lui ont été proposées. Le constructeur a toutefois arrêté son choix sur :

  • Le Leap-X de CFM International
  • Le PurePower PW1100G de Pratt&Whitney

Les clients pourront ainsi préciser le moteur de son choix durant la passation de commande. Il faut savoir que l’A320 équipé du moteur PurePower PW1100G de Pratt&Whitney a obtenu son certification en premier par rapport au moteur de Leap-X de CFM International.

La certification

La certification est très importante puisque signifie que l’appareil répond aux normes exigées en termes de sécurité. Dans le cas de l’A320 Neo, il a obtenu sa certification de deux agences différentes :

  • L’AESA : agence européenne de sécurité aérienne
  • La FAA : Federal Aviation Administration qui n’est autre que la version américaine de l’AESA

Grâce à ces certifications, Airbus a pu livrer ses premiers A320 Neo à temps et ce, malgré les problèmes rencontrés sur les moteurs de Pratt&Whitney.

Des commandes qui s’enchainent

Grâce à cette nouvelle version économe de son A320, Airbus booste son chiffre d’affaires et son carnet de commandes. De nombreuses compagnies ont d’ailleurs multiplié leurs commandes dès que le programme a été lancé en 2010. Alors que l’A320 Neo n’est pas encore opérationnel, le constructeur européen enregistre déjà près de 4 300 commandes soit huit années de production continue sans compter que les commandes pour l’A320 classique continue. Pour satisfaire ses clients, il a d’ores et déjà pris des mesures pour augmenter la cadence de production afin de produire 60 appareils par mois contre 42 aujourd’hui.

Ainsi, malgré le scepticisme du patron d’Airbus au début du projet, il peut aujourd’hui souffler puisque la version retouchée de l’A320 est une vraie réussite.

Category : aviation, Constructeurs aéronautiques

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *