Airbus A220 : la nouvelle version du Bombardier CSeries

aviation | Constructeurs aéronautiques
Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 25 septembre 2018)
Suite à un accord entre Airbus et Bombardier Aéronautique, le Bombardier CSeries et plus précisément les modèles CS100 et CS300 ont été rebaptisés Airbus A220-100 et Airbus A220-300. Originellement, Bombardier souhaitait étendre sa gamme de CRJ pour pouvoir concurrencer les petits appareils de Boeing et d’Airbus. Toutefois, lorsqu’Airbus a acquis les 50, 01 % du projet CSeries en 2017, l’appareil fut rebaptisé en juillet 2018 pour devenir l’A220. Zoom sur ce nouvel appareil qui affiche déjà plus de 400 commandes fermes.

Histoire de l’A220

Airbus a 380

Quand Bombardier a émis le souhait d’allonger son modèle CRJ, il a mis sur pied le projet BRJ-X. ce dernier fut toutefois délaissé en faveur du CRJ-900 doté de 90 places et du CRJ-1000 doté de 100 places.

Plus tard, il reprend le projet BRJ-X pour le rebaptiser en CSeries. Le but était de produire un appareil d’une capacité de 110 à 149 passagers ce qui lui permettrait de s’aligner à Airbus et à Boeing. A cette époque, le nouvel appareil devait entrer sur le marché en 2010. Pour respecter cette échéance, Bombardier lance un sondage et obtient finalement un financement du gouvernement du Québec, du Canada et du Royaume-Uni.

Bombardier a déclaré officiellement au Salon Aéronautique de Farnborough, édition 2008 que les appareils CSeries verront le jour selon un cahier de charge déjà établi :

  • L’assemblage sera réalisé à Mirabel au Québec
  • Le fuselage sera fabriqué en Chine
  • Les installations se feront à Belfast
  • Les ailes seront conçues en Irlande du Nord
  • Le fuselage arrière et le poste de pilotage seront conçus par l’usine Canadair de Bombardier à Montréal

Dès juillet 2008, Lufthansa envoie une lettre d’intérêt pour une éventuelle commande de 60 appareils. Le premier contrat de commande ferme fut signé en mars 2009 et c’est la filiale Swiss de Lufthansa qui exploitera en premier les CSeries de Bombardier. Après cela, les commandes se sont multipliées rapidement.

Après quelques années de conception, de prototypes et d’essais, le CS100 effectue son premier vol le 16 septembre 2013 tandis que le CS300 l’effectue le 27 février 2015. La certification de la FAA et de l’AESA en juin 2016 permit à l’avionneur d’effectuer les premières livraisons.

Découvrez aussi :

De Bombardier à Airbus

Airbus

A cause d’un développement qui s’est prolongé et le retard des commandes, Bombardier a largement dépassé le budget initial l’entraînant dans des difficultés financières assez importantes. Pour sauver le projet, il lui fallait de nouveaux investisseurs et après négociations et pourparlers, le programme des Avions C-Series appartient désormais à trois investisseurs à savoir :

  • Le gouvernement du Québec détenant 19 % des parts
  • L’avionneur Nombardier Inc. détenant 30, 99 % des parts
  • L’avionneur Airbus détenant 50, 01 % des parts

Ces derniers ont établi une entente claire qui stipule que :

  • le siège social de la CSeries restera au Québec
  • l’assemblage final se fera à Mirabel, mais une deuxième ligne d’assemblage final sera instaurée à Mobile, en Alabama
  • les appareils seront rebaptisés A220 du nom de l’actionnaire majoritaire : le CS100 est devenu l’A220-100 avec une capacité de 110 à 135 sièges tandis que le CS300 est devenu l’A220-300 avec une capacité de 130 à 160 sièges

Des fournisseurs à travers le monde

L’A220 est un appareil dont les pièces proviennent de différents pays à travers le monde. En effet, plusieurs pays participent à son développement tels que :

  • les Etats-Unis où sont développés la commande de vol, le système de manette dez gaz, les enregistreurs de vol, la suite intégrée d’avionique pour le cockpit, les panneaux du cockpit, le système de donnée inertiel et générateur auxiliaire, le système de protection d’incendie, les systèmes de données anémométriques électroniques, le système de détection de glaçage, la génération et distribution électrique, le système de gestion de cabine, les roues et les freins, le système de balancement du carburant, les systèmes intérieurs, les sièges, les systèmes d’oxygène, le cabinet de toilette, l’éclairage, le système d’eau potable et d’eau usée, les finitions, les composantes de nacelles moteur et les moteurs signés Pratt & Whitney
  • la Belgique où seront conçus les rails de bec d’aile et les rails de volets ainsi que le bord d’attaque d’aile et becs de sécurité
  • l’Italie où seront développés les systèmes de volets hypersustentateurs et aérofreins
  • la France qui concevra les pneumatiques et le système de prélèvement d’air et de pressurisation
  • l’Allemagne où sera conçu le train d’atterrissage
  • la Chine qui concevra le fuselage central
  • l’Irlande du Nord où seront conçues les ailes de l’appareil
  • le Canada où seront conçus le poste de pilotage et l’empennage

Une fois toutes les pièces réunies, l’assemblage final se fera à Mirabel, au Québec.

Les caractéristiques de l’A220

Avion Airbus

L’A220 est un avion de transport dont les moteurs sont situés sous les ailes principales. L’appareil est doté de :

  • deux moteurs turbosoufflantes de type Pratt & Whitney PW1500G
  • ailes fixes
  • une commande de vol électronique
  • une allée centrale simple

Il faut également savoir que l’A220 :

  • a une envergure de 35, 1 m
  • a une longueur de 34, 9 m pour l’A220-100 et 38, 7 m pour l’A220-300
  • a une surface alaire de 112, 3 m²
  • a une hauteur de 11, 5 m pour un diamètre de 3, 7 m
  • affiche une masse maximale au décollage de 60 781 kg pour l’A220-100 et 67 585 kg pour l’A220-300
  • affiche une masse maximale à l’atterrissage de 50 576 kg pour l’A220-100 et 58 740 kg pour l’A220-300
  • atteint une couverture maximale de 5 741 km pour l’A220-100 contre 6 112 km pour l’A220-300
  • est doté de réservoirs de 22 038 l pour l’A220-100 et 21 277 l pour l’A220-300
  • a un volume de cargo de 23, 7 m3 pour l’A220-100 et 31, 6 m3 pour l’A220-300
  • atteint une vitesse de croisière maximale de 870 km/h
  • atteint une vitesse de croisière typique de 828 km/h
  • nécessite une longueur d’atterrissage de 1 387 m pour l’A220-100 contre 1 509 m pour l’A220-300
  • offre un plafond de 12 497 m

Les capacités de l’A220

L’A220-100 affiche une capacité de :

  • 108 passagers en mode mixte
  • 120 passagers en mode standard
  • 133 passagers en mode haute densité

L’A220-300 affiche une capacité de :

  • 130 passagers en mode mixte
  • 140 passagers en mode standard
  • 160 passagers en mode haute densité

Le mode mixte indique un intervalle de 91 cm entre deux sièges successifs tandis que l’intervalle est réduit à 81 cm pour le mode standard et à 71 cm pour le mode haute densité.

Category : aviation, Constructeurs aéronautiques

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *