Airbus souhaite des airbus avec un seul pilote dans le cockpit… dès 2023 ?

actualités | aviation
(Mis à jour le: 12 juin 2019)

C’est une petite bombe qui a été lâchée par Airbus dans le cadre d’un événement organisé à Toulouse le 22 mai dernier par le Groupe sur les innovations technologiques à venir sur l’équipement de ses futures avions : Airbus souhaite pouvoir avoir des avions de ligne dès 2023 avec un seul pilote dans le cockpit pour les phases de vitesse de croisière. Une vraie révolution ! Surtout quand l’on sait que l’aviation civile mondiale connaît une période difficile avec les deux accidents successifs qui ont touché les boeing B737 MAX (Lion en octobre 2013 et Ethiopian Airlines en mars 2019). Nous allons maintenant vous dévoiler plus de détails de ce projet ambitieux qui pourrait marquer un nouveau tournant dans l’histoire de l’aviation civile.

Une réduction progressive du nombre de personnes dans le cockpit

Avion airbus

Lors des premiers vols commerciaux de l’après seconde guerre mondiale, les équipages des cabines des cockpits étaient composés de 4 ou 5 personnes. Il faut dire que les avions qui volaient à cette époque qui n’est finalement pas si lointaine n’avaient pas le degré de technologie des avions que nous connaissons en 2019. Et du coup il y avait un besoin humain plus important pour piloter les avions.

Aujourd’hui, le contexte est différent et les progrès technologiques ont entraîné une baisse progressive du nombre de pilotes, jusqu’à atteindre le nombre de 2 qui est aujourd’hui la norme sur les vols commerciaux internationaux. Parfois, il y a 3 pilotes notamment sur les longs courriers ou dans certaines compagnies aériennes américaines.

En savoir plus sur l’histoire de Boeing

Le changement envisagé par Airbus qui pourrait se produire en 2023 concerne les phases de vitesse de croisière, là où l’intervention humaine est moins critique. En effet, il s’agit principalement d’une phase où l’équipage surveille les instruments de vol et les pilotes ne sont pas dans une phase active de pilotage… même s’il faut rester tout le temps vigilant notamment lorsque la météo est mauvaise (orages, vent…). En revanche, pour les phases de décollage et d’atterrissage, pas question de renoncer aux deux pilotes car ce sont les deux périodes qui méritent le plus d’intervention humaine lors d’un vol aérien.

Lire aussi : Corsair : sa vente se verra accompagner par l’arrivée d’Airbus A330 d’ici à 2023

Les avantages d’avoir un seul pilote en vitesse de croisière

Si Airbus envisage cette solution, c’est qu’elle présente certains avantages par rapport à la situation actuelle à deux pilotes. On peut dénombrer ces avantages principaux au nombre de deux :

  • N’avoir qu’un seul pilote lors de la phase de croisière qui peut être longue notamment sur les vols transatlantiques permet une meilleure récupération de l’équipage. Les deux pilotes peuvent se succéder l’un après l’autre, ce qui signifie qu’un pilote peut se reposer alors que l’autre est aux commandes. Ce qui serait un progrès important.
  • De plus, si le nombre de pilotes à bord diminue, cela permettrait à tous les pilotes et notamment à ceux qui ont le moins d’expérience d’effectuer plus de manœuvres de décollages et d’atterrissages. Ainsi, les pilotes seraient plus compétents et maîtriseraient mieux leur avion, ce qui diminuerait le taux d’accident.

Un défi technologique

Un défi technologique

Si l’idée d’Airbus semble séduisante et facile à mettre en pratique, la réalité en va autrement et la réalisation pratique ne va pas sans poser certains défis technologiques sur lesquels les ingénieurs de chez Airbus doivent travailler.

Airbus travaille actuellement sur toutes les briques technologiques permettant de réaliser ce projet sur les vols long courrier dès 2023 comme l’a confirmé Jean-Brice Dumont, directeur de l’ingénierie chez Airbus. Vu la confiance et la réalisation envisagée par Airbus dès 2023, nous pouvons imaginer que les tests effectués par l’avionneur sont déjà très avancés.

Surtout que, avant toute commercialisation pour le grand public, Airbus devra pouvoir faire certifier aux autorités de contrôle que les nouveaux Airbus sont totalement surs pour les passagers des avions. D’autant plus que le contexte actuel est très chargé avec l’épineux problème du système anti-décrochage défaillant des boeing B737 MAX. L’autorité de contrôle ne manque pas de travail actuellement !

Lire aussi : Billets d’avions : comment bénéficier des meilleurs prix ?

Quels impacts sur les compagnies aériennes ?

companie aerienne

Le changement envisagé par Airbus impactera toutes les compagnies aériennes qui seront équipées de nouveaux appareils Airbus. Ces compagnies ont donc été très attentives aux annonces effectuées par Airbus en mai dernier.

La première conséquence concerne le nombre de pilotes qui sont sous contrat avec les compagnies aériennes. Qui dit un seul pilote dit possibilité pour les compagnies aériennes de réduire leur nombre de pilotes en activité, et donc une diminution de leur charge en masse salariale. On peut penser que des compagnies low cost,comme Volotea ou Transavia, ou semi low cost, comme Easy-Jet, pourraient être tentés de prendre de telles mesures.

D’un autre côté, la demande en trafic aérien est de plus en plus grand au niveau mondial. De ce fait, réduire le nombre de pilote « en activité » dans la phase de vitesse de croisière permettrait d’assurer l’offre de vols : le besoin en pilotes pourrait s’élever à plus de 500 000 pilotes au cours des 20 prochaines années ! Se posera alors la formation des pilotes notamment sur des compagnies aériennes à plus faibles moyens, qui se devront d’assurer une formation de qualité suffisante pour ne pas voir le nombre d’accidents augmenter.

Lire également Airbus renforce sa présence en Chine

Une étape avant un cockpit à un seul et unique pilote ?

un cockpit à un seul pilote

Le petit monde du transport aérien s’apprête à vivre à nouveau un progrès qui pourrait marquer une nouvelle étape de la modernisation du transport aérien. Au vue des difficultés rencontrées actuellement par son grand concurrent Boeing, Airbus pourrait frapper un grand coup et prendre un avantage décisif.

Pour conclure, la question que tout le monde se pose est la suivante : est-ce qu’il s’agit d’une étape ultime ou est-ce que nous irons, dans un futur (encore) lointain, vers des cabines d’avion à un seul pilote notamment sur les courts courriers ? Ce n’est pas impossible… Et pourquoi ne pas envisager même la piste de l’avion autonome… Mais cela ne semble pas envisageable avant un long moment. En 2050 ? Peut-être que nous serons là pour le voir, nous l’espérons toutes et tous !

Category : actualités, aviation

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *