Tarmac Aerosave : totalement saturé à cause de la pandémie

 
aviation

Dans l’univers de l’aviation, toutes les entreprises sont sinistrées à cause de la pandémie et des confinements. Il y a pourtant une qui ne connaît pas la crise et dont les affaires se portent même mieux qu’avant Covid. Il s’agit de Tarmac Aerosave, alias le plus grand parking d’avions au monde. On vous explique pourquoi.

Qui est Tarmac Aerosave ?

Lorsque les voitures arrivent en fin de vie, on les envoie à la casse pour être dépouillées de leurs différentes installations avant d’être recyclés. Et lorsqu’il s’agit d’avions ayant fini leurs courses folles à travers le monde, on en fait quoi ? On les confie à Tarmac Aerosave pour y être démantelés puis recyclés.

Dans cette appellation, on a « Aerosave », un terme qui semble signifie « sauvetage d’avions » et c’est bien ce que l’entreprise fait que ce soit pour les réparations ou les démantèlements. Tarmac, quant à lui, est l’acronyme de « Tarbes Advanced Recycling & Maintenance Aircraft Company ». La société est rattachée au projet d’étude concernant la gestion de la fin de vie des avions baptisé PAMELA Life.

Ce groupe industriel français a été créé en 2007 sur l’initiative de trois sociétés à savoir Airbus, Safran Aircraft Engines et Suez Environnement. Le siège social se situe à Azereix, en France, à proximité de l’aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées. Outre celui-ci, il dispose de trois autres sites à Paris-Vatry, à Teruel (Espagne) et à Toulouse-Francazal.

Quels services propose-t-il ?

Quels services propose-t-il ?

Comme on l’a déjà dit plus haut, Tarmac Aerosave a pour mission de sauver et de prendre soin des avions. Ses activités se divisent en quatre branches à savoir la maintenance, le stockage, la transition et le recyclage de ces appareils.

C’est durant le salon du Bourget 2007 que ses sociétés mères ont annoncé sa création au grand public. Deux ans plus tard, son premier client débarque, un Airbus A319.

Les choses s’enchaînent ensuite assez vite, car il y a beaucoup d’avions en fin de vie un peu partout à travers le monde. Ainsi, dès 2011, la division espagnole à Teruel voit le jour et accueille son premier client, un Boeing 747 en 2013.

A lire – L’histoire de Boeing

En 2017, le groupe aéroportuaire Edeis lance un appel d’offre pour l’exploitation du site à Toulouse-Francazal. Tarmac Aerosave remporte le projet. C’est également cette année-là que le site de Tarbes reçoit son 500e avion ainsi qu’un premier Airbus A380.

Malgré les trois gigantesques sites qu’il exploite déjà, un besoin d’agrandissement s’est fait ressentir au début de la pandémie. En effet, les confinements à travers le monde obligent les compagnies aériennes à clouer tous leurs appareils au sol. Le problème c’est que la majorité d’entre elles n’ont pas de place assez grande pour garer l’ensemble de leur flotte. Elles décident alors de les confier à Tarmac Aerosave.

Face à la forte demande, le groupe ouvre un quatrième site en juin 2020, celui de Paris-Vatry. Sur ce nouveau site, il exploite plus de 60 000 m² de terrain entièrement reconverti en parking à ciel ouvert pour les avions du monde entier. Depuis le début de la pandémie, plus de 25 % de ses activités concerne le stockage d’avions.

En juillet 2020, il reçoit son 1000e avion. Cela signifie qu’en moins de 20 ans d’existence, ses activités ont beaucoup augmenté et plus encore depuis le début de la période Covid.

Lire aussi – Coronavirus : que faire pour les vols déjà réservés ?

Le groupe ne s’occupe-t-il que d’appareils de l’aviation civile ?

Non, il s’occupe de tout ce qui est avion, qu’il soit civil ou militaire. D’ailleurs, c’est pour le démantèlement d’avions militaires qu’il a dû ouvrir un site temporaire à Châteaudun entre juillet 2019 et septembre 2020.

Et le groupe compte d’autres sites provisoires comme celui-là en fonction des besoins des clients ou des circonstances. Il est courant qu’il doive s’installer sur le site client lorsque les avions à maintenir ou à recycler ne peuvent plus voler jusqu’à l’un de ses autres sites.

Comment œuvre-t-il ?

Comment œuvre-t-il ?

Lorsqu’on survole les différents sites de Tarmac Aerosave, on a la même vision frappante : des dizaines d’avions cloués au sol et parfaitement alignés tel des jouets qu’un enfant aurait pu laisser-là. Sauf qu’ils n’appartiennent pas à un enfant, mais à des dizaines de compagnies aériennes à travers le monde et qu’il ne s’agit pas jouets miniatures, mais de vrais avions en taille réelle à bord desquels vous avez déjà sûrement voyagé.

Que font-ils là ? Ils attendent que les frontières rouvrent pour pouvoir voler à nouveau. Ils sont comme dans une phase de somnolence, mais tous n’y sont pas pour se reposer. Parmi eux,

  • Un grand nombre est en maintenance :

Les avions, c’est comme les voitures. Lorsque ces dernières sont immobilisées pour un temps, il faut quand même réchauffer leur moteur et faire quelques petites maintenances pour qu’elles soient prêtes à rouler dès que l’opportunité survient.

On fait exactement de même pour les avions confiés à Tarmac Aerosave. Tous les jours, on les bichonne, on vérifie que tous les boutons sont fonctionnels, on s’assure qu’il n’y a aucun problème au niveau des équipements électroniques, techniques … En gros, le groupe en profite pour un contrôle général et s’assurer que, lorsque le moment viendra où les avions pourront enfin reprendre leur envol, ils seront au top de leur forme.

  • Certains entrent dans l’atelier de réparation :

Oui, certains appareils qui lui ont été confiés connaissent quelques déboires et quel meilleur moment que cette période pour entreprendre des réparations ? Pour certains, quelques petites vérifications suffisent, mais pour d’autres, c’est une grosse réparation qui est faite. Du simple changement de pneus aux réparations du moteur, le groupe s’occupe de tout.

  • D’autres se contentent d’occuper une place de parking :

N’oubliez pas que le stockage est l’une des activités phares de Tarmac Aerosave et depuis le début de la pandémie, c’est cette branche qui l’occupe le plus et qui le maintient à flot, car même s’il ne chôme pas, le groupe a vu son service maintenance se réduire de 40 %. Quoi qu’il en soit, il n’a pas subi les retombées de la crise puisque même si quelques avions ont déjà pu reprendre du service depuis le mois de juin dernier, son parking est encore loin d’être complètement vide. Pour cause, diverses compagnies font appel à lui pour accueillir leurs avions durant cet été.

Pourquoi cela l’occupe autant ? Car, comme on l’a spécifié plus haut, les avions doivent être bichonnés pour pouvoir être opérationnels au moment de leur envol. A leur arrivée, le groupe se charge de colmater les orifices, d’installer des systèmes de protection au niveau des zones sensibles et de remplacer le carburant par de l’huile pour préserver le moteur qui ne tourne pas. Il effectue ensuite quelques vérifications, de manière régulière, pour s’assurer que tout va bien. Il en profite aussi pour faire tourner les pièces mobiles, vérifier les instruments dans le poste de pilotage …

  • D’autres encore subissent un démantèlement :

Et oui, le démantèlement des avions en vue du recyclage est l’une des grandes spécialités de Tarmac Aerosave et ce, depuis ses débuts. Notez que sur un appareil, près de 90 % de ce qu’il est peut être recyclé. Les compagnies propriétaires peuvent récupérer certaines pièces électroniques et autres équipements, mais peuvent aussi les revendre en tant que pièces d’occasions. Croyez-le ou non, mais même les anciennes boîtes noires trouvent repreneurs …

Le démantèlement d’un avion peut durer entre six à sept semaines selon les cas. L’équipe chargée de la mission commence par retirer tout ce qui peut être récupéré afin de « verdir » complètement l’appareil. Sièges, hublots, éléments du poste de pilotage … tout est retiré pour ne laisser qu’une grosse carcasse de métal. Il est ensuite découpé pour être recyclé et transformé en d’autres choses.

Contrairement à ce que certains pensent, les sites de Tarmac Areosave n’ont rien d’un cimetière d’avions puisqu’au contraire, ils redonnent une seconde vie à ces appareils qui ont jadis traversé le globe.

Lire aussi – Les aéroports et les compagnies les plus ponctuels au monde

Comment voit-il l’avenir ?

Depuis qu’on se tourne vers un déconfinement et grâce à la mise en place du Pass sanitaire, quelques appareils stockés sur le site de Tarbes ont déjà repris leur envol, mais une grande majorité est toujours sur place. Il faut dire que même si les acteurs veulent se montrer confiants, nul ne peut encore présager du futur avec cette pandémie qui ne cesse de faire de nouveaux variants. On reste néanmoins optimiste et c’est justement dans ce but que le groupe ne baisse pas les bras et continue de chouchouter les avions.

Ce qui est certain c’est que quoi qu’il arrive, tant que le monde continuera à utiliser et à produire de nouveaux avions, Tarmac Aerosave ne manquera pas de travail. Jusqu’ici, les quatre branches de ses activités sont stables. Et n’oublions pas que de nombreux appareils partent en retraite chaque année.

Category : aviation

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *