Asiana Airlines : atterrissage mouvementé d’un de ses Airbus A320

 
actualités

L’accident s’est déroulé dans la soirée du mardi 14 avril dernier à Hiroshima. Un Airbus A320 de la compagnie Asiana Airlines a atterri en catastrophe à cause du mauvais temps. L’incident a fait une vingtaine de blessés parmi les passagers.

Asiana Airlines atterrissage mouvemente d un de ses Airbus A320

Des conditions météorologiques défavorables

Selon les enquêteurs chargés de découvrir la cause de l’accident, le mauvais temps y a joué un rôle important. En effet, cette nuit-là, il pleuvait beaucoup et y avait beaucoup de brouillard ce qui n’a pas joué en faveur des pilotes. À 20 h 05, heure locale, l’aile gauche de l’avion a ainsi heurté une antenne de communication située à 300 mètres en amont du tarmac. Après ce choc violent, il a dérapé sur plusieurs centaines de mètres pour finalement pivoter à 90° et atterrir sur la pelouse.

27 blessés

Le bilan officiel a recensé 27 blessés parmi les 81 passagers tandis que la compagnie sud-coréenne a déclaré 18 blessés dont 14 personnes de nationalité japonaise, deux Coréens et deux Chinois.

Un accident fort violent

À en juger le piteux état de l’antenne et de l’aile gauche de l’avion, le choc a vraiment été violent. Certains passagers ont même cru qu’ils allaient faire un crash de plusieurs mètres puisque le choc a engendré la panique à bord.
Pour évacuer les 73 passagers ainsi que les huit membres de l’équipage, des toboggans de sécurité ont été installés. L’aéroport d’Hiroshima a, quant à lui, été fermé au trafic et a annulé tous ses vols.

D’autres causes rapportées

Selon la presse, le mauvais temps n’était pas le seul responsable du choc puisqu’on a pu remarquer que l’Airbus volait à une altitude un peu trop basse même s’il est vrai qu’il se rapprochait de l’aéroport.
On a également pu déterminer que contrairement à la procédure habituelle, le commandant de bord a abordé la descente depuis l’est ce qui n’a pas protéger l’avion des vents. Il n’a donc pas été assisté par l’aéroport qui a pourtant les compétences nécessaires pour guider tous les avions venant de l’ouest. Rappelons que l’Airbus A320 de l’Asiana Airlines a décollé d’Incheon, à proximité de Séoul.

La compagnie sud-coréenne s’excuse

Pour éclaircir cet accident, le Bureau japonais de sécurité des transports a envoyé plusieurs personnes sur les lieux de l’accident. Huit enquêteurs sud-coréens sont venus leur prêter main forte, car la possibilité de négligences professionnelles est à craindre. Face à cet accident, la compagnie Asiana Airlines s’est engagé à coopérer avec les autorités et réitère toutes ses excuses au public.

Une catastrophe qui réveille les souvenirs

Cet accident a réveillé bien des souvenirs, car en juillet 2013, un Boeing 777 de cette même compagnie s’est écrasé à San Francisco. Cette année-là, c’est la queue de l’avion qui a heurté une digue qui séparait alors la piste d’atterrissage d’un plan d’eau. Il n’est donc pas surprenant si l’accident du 14 au 15 avril dernier est assimilé à ce crash.
Quoi qu’il soit, la catastrophe a été évitée de justesse cette fois-ci. Ce qui laisse perplexe c’est que le pilote aux commandes de l’avion affiche 8 200 heures de vol à son actif ce qui le rend plus que compétent. Qu’est-ce qui s’est donc passé pour que l’avion atterrisse ainsi ?

Category : actualités

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *