Aviation commerciale : un manque inquiétant de pilotes de ligne se fait ressentir

actualités

D’ici quelques années, voyager en avion pourrait devenir compliqué, non pas sur un point de vue technique, mais parce que le monde manquerait de pilotes de ligne. Les demandes se font dans toutes les régions ce qui signifie que la France n’est pas la seule touchée par cette pénurie, mais le monde entier.

Les premiers signes commencent à se faire ressentir

La pénurie laisse déjà des traces visibles comme l’annulation de vols ou la sous-traitance de vols à cause d’un déficit de pilotes. Et cela n’en restera pas là, puisque dans les dix prochaines années, un besoin de 250 000 commandants de bord et de copilotes se fera ressentir.

Chez Hop, une filiale d’Air France, les pilotes ont sonné l’alarme en faisant la grève à cause de leur sous-effectif.

Aux Etats-Unis, c’est surtout le transport régional qui en paie les frais puisqu’en plus de manquer de pilotes, cette branche paie moins bien que les grandes compagnies. L’US Air Force n’est pas épargné non plus.

Quoi qu’il en soit, c’est surtout en Chine et en Asie que les besoins en pilotes explosent avec un pourcentage de 40 % puisque la région est aujourd’hui le plus important utilisateur de l’aviation civile à travers le monde.

Aviation commerciale : un manque inquiétant de pilotes de ligne se fait ressentir

Les raisons de la pénurie

Les principales causes se la pénurie sont l’explosion du trafic aérien qui a connu un véritable boom ces dernières années à raison de 5 % d’évolution par an et l’absence d’anticipation au niveau de la formation des ressources.

Des conséquences désastreuses

A cause de la pénurie, certaines compagnies exigent, en signant un contrat d’achat d’avion, que l’appareil soit livré avec un pilote capable de le conduire. D’autres, quant à elles, repoussent la livraison ou limitent le développement des appareils.

Pour certaines compagnies, cela débouche parfois jusqu’à la révision des salaires et des conditions de travail. C’est notamment le cas chez Air France ou chez Lufthansa d’où les grèves répétitives qu’elles subissent. Des grèves qui ralentissent pourtant leur redéploiement ce qui explique aussi le retard qu’elles accusent face aux compagnies low cost.

Une formation de longue durée

Même si on commence à former des pilotes cette année, leur nombre resterait encore inférieur puisque le métier nécessite quelques années de formation : deux à trois ans pour les copilotes et cinq à dix ans pour les commandants de bord. Cela sans compter les formations spécifiques selon les caractéristiques techniques de l’avion.

La seule solution d’urgence qui pourrait s’avérer efficace reste le pilotage par ordinateur, mais cela reste encore un projet d’envergure qui durerait sur plusieurs années. Bien sûr, les avions sont aujourd’hui de plus en plus assistés par des systèmes automatiques afin de réduire petit à petit l’intervention humaine, mais il est peu probable que les voyageurs veuillent confier leur vie à des machines.

Category : actualités

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *