Charleroi : un aéroport au sein de la gare

 
actualités

Depuis quelques mois déjà, l’échevine du Tourisme de Charleroi réfléchit à une méthode pour emmener les passagers de la BSCA (Brussel South Charleroi Airport) au centre-ville afin d’y développer le tourisme local. Parmi les méthodes qui l’inspirent profondément, on cite la mise en place d’un mini aéroport au sein de la gare du sud SNCB qui est beaucoup plus proche du centre-ville.

La BSCA : un potentiel touristique énorme pour Charleroi

Les chiffres indiquent qu’au sein de la BSCA, un peu plus de 7 millions de passagers transitent chaque année. Un chiffre qui représente pour Charleroi un manque à gagner énorme, du point de vue touristique, puisque du fait de l’emplacement trop excentré de l’aéroport, rares sont les passagers qui prennent le temps d’aller en centre-ville. Pour y remédier, l’échevine de la ville, Julie Patte, a pensé à une stratégie intéressante : celui d’intégrer un mini terminal au sein de la gare du sud afin que les voyageurs en avion puissent atterrir non loin du centre-ville.

 Terminal aeroport

Un projet d’envergure

Même s’il s’agit d’un « mini » terminal, ce projet est quand même énorme surtout que les ambitions de Julie Patte vont encore plus loin. Pour ce projet, deux axes principaux ont été définis après concertation avec les acteurs concernés.

Axe 1 : l’amélioration de la connexion avec le centre-ville

Pour ce faire :

  • Les navettes TEC qui se situent à la sortie du terminal devront être plus visibles
  • Les chauffeurs de taxi devront plus être sensibilisés pour les courses vers Charleroi même si jusqu’ici, il est plus qu’évident qu’ils préfèrent rouler vers Bruges et Bruxelles
  • L’offre touristique de Charleroi devra mieux être mise en avant et pour cela, le secteur horeca et les professionnels du transport seront fortement sollicités et encouragés

Axe 2 : la valorisation du potentiel d’attractions de Charleroi

Même si des brochures sur Charleroi sont disponibles à l’aéroport, rares sont les passagers qui les consultent. Face à l’échec de cette méthode, l’échevine pense alors à investir dans la technologie en mettant en place des packages à thème accessibles via un site interactifs ou une application pour smartphones. Selon Julie Patte, environ 3 % des passagers en transit du BSCA patientent tranquillement à l’aéroport puisqu’ils ne savent pas qu’il y a des choses intéressantes à voir en attendant le prochain vol.

D’autres stratégies

Dans le cadre de ces deux axes prioritaires du projet, Julia Patte avance également d’autres stratégies dont d’autres sont déjà en cours alors que d’autres seront réalisées dans un futur proche. Parmi ces mesures, on cite :

  • Le recours à des moyens de promotion innovants
  • Le recours à la technologie
  • La mise en place de circuits de découverte en bus allant de deux à quatre heures de temps et ce, en fonction du temps de transit à l’aéroport. Pour cette dernière mesure, le bus se chargera de récupérer et ramener les passagers à la future aérogare

Parmi les mesures déjà adoptées, il faut savoir que Charleroi a déjà lancé une campagne inédite en collaboration avec l’opérateur Ryanair. Ce partenariat les ont conduit à imprimer quelque 60 000 cartes d’embarquement au départ de destinations ciblées en Espagne (Madrid, Barcelone, Girone et Santander) et en Italie (Milan, Bergame, Rome et Pise). Selon les auteurs, ces villes ont été sélectionnées parce qu’elles font partie du réseau européen « Centrality of territories », réseau auquel Charleroi a intégré récemment.

Category : actualités

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *