Les constructeurs aéronautiques veulent produire de nouveaux biocarburants à base de plante

 
actualités
Découvrez aussi :

Les constructeurs aéronautiques associés afin de produire un nouveau biocarburant à base végétal

Les constructeurs aéronautiques se sont unis afin de créer un nouveau biocarburant à base de plante. Actuellement, les avionneurs se sont concentrés sur le biocarburant à base d’eucalyptus.

En fait, Airbus et Boeing se sont associés lors du dernier sommet de l'aviation qui a eu lieu à Genève en fin du mois de mars. Le brésilien Embraer les a rejoints également afin de développer une formule qui permet de produire un nouveau type de biocarburant.

Le mercredi dernier, Airbus a déclaré que des recherches se sont entamées pour produire un biocarburant à base d'eucalyptus.

En effet, on compte déjà plusieurs plantes  qui sont utilisées pour la production du carburant, notamment la cameline, le jatropha, les algues ou encore même la noix de coco.

L'avionneur Airbus

 

L'avionneur Airbus

 

 

Selon Frédéric Eychenne, un responsable des projets nouvelles énergies
d'Airbus, l’avionneur va mener «des recherches pour établir une aviation
durable. Nous avons donc décidé, en collaboration avec la compagnie
aérienne Virgin Australia, de mettre en place une filière durable de
production de biocarburant à base d'eucalyptus en Australie à des fins
d'utilisation pour l'aéronautique»

Ces recherches touchent particulièrement le mallee, cette espèce
d'eucalyptus, qui peut être récolté chaque trois à six ans.
«Globalement, cela consiste à brûler sans oxygène la biomasse (par un
processus chimique), pour en extraire un produit basique qui sera par la
suite traité pour obtenir du biocarburant. Il sera ensuite nécessaire
de le mélanger à du kérosène ‘fossile' à hauteur de 50% maximum pour
pouvoir l'utiliser. En effet, la composition chimique des biocarburants
ne permet pas aujourd'hui leur utilisation à 100% pour les avions»
a
raconté M. Eychenne.

De même, l’américain Boeing souhaite lui aussi augmenter et accélérer la
commercialisation de carburants écologiques. Il a déjà réalisé environ
1500 vols avec passagers au biocarburant depuis deux années.

Boeing

 

Boeing

 

Richard
Mills
, le porte-parole de Boeing a déclaré qu’«aujourd'hui, les
biocarburants permettent de réduire les émissions de carbone en
partenariat avec les compagnies aériennes. Dans l'ensemble, les
gouvernements commencent à manifester leur intérêt et à soutenir les
efforts, ce qui est primordial pour nous aider à atteindre notre
objectif: que les vols utilisent 1% de biocarburant en moyenne d'ici
2015.»

Des études ont été faites également sur l’alcool pour vérifier la possibilité de l’utiliser comme carburant.   

Selon Philippe Novelli, le chef de projet à l'ONERA, le centre français
de l'aérospatiale qui équivaut à la Nasa, a parlé du fait que les
démarches de développement du biocarburant vont permettre d’obtenir
d’ici 2020 des biocarburants purs pour l'aviation. Il a cependant ajouté
que jusqu’aujourd’hui «du fait de l'absence de réelle production
industrielle, les compagnies aériennes paient les biocarburants environ
quatre fois plus chers que le kérosène. Les perspectives de réduction
des émissions de gaz à effet de serre sont en revanche considérables:
jusqu'à 85% pour les filières les plus performantes comme le BTL
(Biomass to Liquid) produit à partir de lignocellulose.»

Category : actualités

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *