Les répercussions de la pandémie du covid-19 sur Airbus et Boeing

 
actualités | aviation

La crise sanitaire mondiale du covid-19 n’a épargné aucun secteur. On peut penser que les grandes structures n’enregistrent pas de perte, mais ce n’est pas le cas. Chez elles, les pertes sont même immenses, ce qui les oblige à prendre des décisions radicales. C’est le cas par exemple chez les deux géants de l’industrie aéronautique Airbus et Boeing. Chez Airbus, on est plus sur un arrêt temporaire de la production et des activités dans ses locaux en Allemagne et aux Etats-Unis. Chez Boeing, il n’y a plus de production d’avion de ligne. Pour faire tourner les activités, ces deux mastodontes continuent le travail sur les aéronefs militaires.

La situation chez Boeing

Les répercussions de la pandémie du covid-19 sur Airbus et Boeing

Il y a un peu moins d’an qu’on a détecté un vice sur le logiciel MCAS du Boeing 737 Max, mais ceci semble faire encore des vagues au sein de la structure. Pour éviter tout scandale de ce genre, le groupe a pris sagement la décision d’arrêter les activités dans ses trois principaux ateliers d’assemblage d’avions de ligne, notamment celui à Everett, à Renton et à Charleston. On parle bien aujourd’hui d’arrêt de production et il n’y a aucun service minimum. Les derniers appareils qui étaient en cours de production ont été finis avant le 6  avril dernier, la date de la fermeture totale de ces sites. Les biréacteurs Boeing 737 Max, 767, 777 et 787 Dreamliner devront alors attendre la fin de la pandémie et la réouverture des sites pour terminer leurs assemblages. C’est également le cas des quadriréacteurs très gros porteurs 747-8 Intercontinental et des avions d’affaires BBJ.

Pour ne pas tomber dans d’importantes pertes, Boeing poursuit une partie de son activité, notamment la production d’aéronefs militaires. Les ateliers où sont assemblés les C-40 Clipper, les KC-46 Pegasus et les P-8 Poseidon ne sont pas encore fermées et on trouve des ingénieurs toujours au travail. Même si ces usines sont ouvertes, les commandes qui sont mises en prioritaire sont celles pour les forces américaines. Le reste devra encore attendre la fin de l’épidémie du covid-19.

On peut se demander ce que deviennent les employés de Boeing. Ils sont tout simplement en chômage partiel et on ne parle pas de quelques employés, mais de près de 70% du personnel du groupe. Avec l’arrêt de la production, le groupe ne peut assurer le versement des indemnités qu’aux deux-tiers du personnel et là encore, seuls dix jours ouvrés ont été pris en compte. Le tiers du personnel qui n’a pas d’indemnités devra alors se débrouiller d’eux-même jusqu’à la reprise des activités.

La situation chez Airbus

Si chez Boeing, la situation semble être catastrophique, Airbus tente de ne pas afficher les répercussions qu’a cette crise sanitaire sur ses activités. Comme pour toute structure, elle n’a pas le choix que de fermer ses usines, mais il n’y a que les usines de Brême et de Stade ainsi que les ateliers de Mobile en Alabama qui ont arrêté la production. On ne verra donc pas avant un bon bout de temps les monocouloirs A319, A320 et A321 qui sont produits dans ces usines.

Vers la fin du mois de mars, on a vu le personnel d’Airbus en France et Royaume-Uni respecter les mesures sanitaires liées à l’épidémie du covid-19, notamment les mesures de confinement. Il y a peu de temps, ce constructeur aéronautique a repris petit à petit ses activités et cette reprise d’activité commence aussi à toucher les ateliers en Allemagne. Pour continuer à relativiser, le patron d’Airbus souligne que le groupe comprend la situation de ses clients, notamment les compagnies aériennes, face à ce covid-19. Il annonce adapter la production à leur nouvelle situation et travailler sur des mesures financières pour faire face à la réalité.

Chez les autres acteurs de l’industrie aéronautique

Chez Thales, les décisions ont été rapidement prises et le groupe a pensé sur les impacts de cette crise sanitaire mondiale. Suite aux recommandations du ministre français de l’Economie et des Finances, le groupe a annulé le versement d’une importante partie de son dividende sur l’exercice de 2019. Il s’agit d’une économie estimée à quelques milliards d’euros, mais le groupe explique que c’est pour limiter les impacts de cette crise.

Chez Airbus Helicopters, tout n’est pas si noir. Certes, une partie des activités est en suspension, mais ce fabricant d’hélicoptères a tout de même validé la commande des hélicoptères des Gardes-Côtes japonais en cette période de crise. On a tout de même une commande assez importante, car on a deux AS332 et treize H225.

 

 

Category : actualités, aviation

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *