Parfaite réussite du premier envol du Solar Impulse sur le territoire américain

 
actualités

L’avion expérimental suisse Solar Impulse est le premier avion solaire suisse qui a effectué son premier atterrissage tôt ce samedi à l’aéroport international Sky Harbor de Phoenix, dans le sud-ouest des Etats-Unis.

Bertrand Piccard est le pilote suisse de l’avion monoplace propulsé par l’énergie solaire, c’est-à-dire qu’il est  alimenté par 12 000 cellules solaires qui se situent sur ses ailes. Il avait décollé sans faire de bruit le vendredi de la base aérienne Moffet, près de San Francisco en Californie et avait mis 18 heures et 18 minutes pour arriver à Phoenix sans aucune goutte de carburant, réalisant ainsi sa première escale.

 

Solar Impulse

 

 

A son atterrissage, André Borshberg, l’autre pilote et cofondateur avec Bertrand Piccard de ce projet  court vers le cockpit de l’avion pour accueillir chaleureusement e héros qui a levé ses bras en signe de victoire et a déclaré aux journalistes en signe de joie « Je suis heureux d’être ici, heureux d’avoir atterri à Phoenix ».  Et selon un aiguilleur de la tour de contrôle « C’est un décollage parfait ».

La traversée a été transmise en direct par une caméra placé dans le cockpit en plus d’un tableau de bord sur le site live.solarimpulse.com montrant aussi en temps réel les paramètres du vol, à savoir la vitesse de l’appareil, sa direction, le niveau de la batterie ainsi que la puissance des moteurs.

Selon l’équipage, une pause est prévue à chaque arrêt pour de bonnes prévisions météorologiques, dans l’espérance d’atteindre dans deux mois l’aéroport international de John.F.Kennedy à New York.

Donc la traversée d’ouest en et s’effectuera en cinq étapes pour des raisons purement sécuritaires.

Les deux pilotes piloteront l’avion à tour de rôle. La conception de cet avion prévoit des vols pouvant atteindre même 24heures et  jusqu’à 28 pieds et  voler à une moyenne de 69 km/h.

C’est un avion qui est fabriqué à partir d’une  fibre ultra légère, il est léger  fragile en raison de sa grande envergure en vue d’une conservation de l’énergie. Sa première expérience datait de juin dernier via un vol intercontinental de l’Espagne au Maroc.

Category : actualités

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *