Sécurité aérienne : les oiseaux et les animaux, un sujet sérieux

actualités | aviation

On attribue souvent les accidents aériens à une défaillance mécanique. Cependant, il est important de savoir qu’aucun avion ne peut décoller sans avoir répondu à des critères mécaniques rigoureux éloignant justement ces éventuelles défaillances. Alors pourquoi certains vols sont brusquement interrompus ou sont sujets à des atterrissages d’urgence ? La réponse se trouve dans l’environnement. La plupart de ces interruptions sont effectivement dues à une collision avec un oiseau ou un autre animal présent dans les airs. Des chocs qui peuvent endommager l’appareil ou certains de ces éléments d’où la nécessité d’atterrir pour une nouvelle revérification.

Des exemples concrets à ne pas négliger

Ce type de désagrément s’est déjà produit auprès de différentes compagnies aériennes. En guise d’exemple, le 15 janvier 2009, un aéronef A320 a subi une panne en plein vol lorsque l’appareil absorbe plusieurs oiseaux. Les pilotes ont dû recourir à un atterrissage forcé sur le fleuve Hudson. Par chance, les conséquences ont été minimes et aucun des 155 passagers n’a subi de blessures.

Un autre incident s’est produit plus récemment, le 5 septembre 2017 lorsqu’un avion de la Japan Airlines est contraint de faire demi-tour à cause d’un oiseau qui a touché l’un de ses réacteurs. Le vol n’a duré que quelques minutes au départ et à l’arrivée de l’aéroport de Tokyo.

Sécurité aérienne

Des solutions pour éviter des accidents dramatiques

Ces deux exemples témoignent des problèmes que les oiseaux peuvent causer à un avion en plein vol. Cela peut même virer au cauchemar lorsque les dommages sont importants. Pour y remédier, une réunion a été organisée dernièrement à Yaoundé par le Comité national de prévention du risque aviaire et animalier. Il s’agit d’un premier débat sur le sujet des précautions et mesures à prendre quant à l’éloignement des oiseaux et autres animaux du périmètre aéroportuaire. L’un des premiers moyens à entreprendre est d’établir un environnement hostile aux espèces aviaires et animales aux alentours des aéroports.

Pour rappel, ce Comité a vu le jour le 29 avril 2015. Il compte parmi ses acteurs principaux l’Autorité aéronautique civile en activité au Cameroun ainsi que le ministère des Transports et celui de l’Elevage et des Pêches. Les missions de cette instance sont de :

  • trouver des solutions et de les appliquer
  • d’améliorer les mesures déjà prises ou à prendre

L’objectif est de renforcer la sécurité aérienne, l’avion étant considéré comme le moyen de transport le plus sûr actuellement.

Category : actualités, aviation

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *