Tous sur le qui-vive à l’aéroport de Toulouse

actualités | aviation
Découvrez aussi :
(Mis à jour le: 12 février 2014)

L’aéroport de Toulouse dispose d’une nouvelle machine destinée à contrôler des liquides avant l’embarcation, une machine qui a causé ce samedi 1er février le retard d’une famille qui pourtant était arrivée à l’heure à l’aéroport.

Tous sur le qui-vive à l’aéroport de Toulouse

Ils n’étaient pas au courant de la présence de cette nouvelle machine et se sont présentés à l’heure habituelle aux portes de l’aéroport. Ils ont passé avec succès le premier contrôle de sécurité. Arrivé au deuxième, il leur a fallu une demi-heure avant de se présenter à la porte des embarcations mais l’avion avait déjà fermé ses portes.

La cause de ce désagrément a été le contrôle complet des aliments pour bébé qu’ils avaient apporté pour leur enfant de 5 mois. Un premier contrôle dans la fameuse machine, le scanner à liquides, n’a rien détecté de ce qui était à rechercher c’est-à-dire des explosifs liquides. La machine se met alors à émettre un son pour marquer quelque chose d’anormal dans la composition des aliments. Un deuxième contrôle, manuel cette fois-ci, est donc réalisé sur les deux compotes de fruits, une à la banane et une à la fraise, ainsi que sur l’eau minérale et le lait en poudre. Ce n’est qu’après cette étape que la famille a pu rejoindre, mais plutôt tard, le comptoir d’embarquement qui affichait déjà fermé.  C’est ainsi que Gérard et sa famille sont restés à quelques minutes de l’embarquement à l’aéroport Toulouse-Blagnac.

Désormais, donc, ce genre de contrôle se fera dans tous les aéroports de France par l’initiative de la Direction générale de l’aviation civile. Il permet la mise en cabine d’une plus grande quantité de liquide en plus de ceux qui étaient déjà règlementaires auparavant c’est-à-dire les liquides de moins de 100 ml. Les produits achetés dans les boutiques de l’aéroport pourront aussi être stockés en soute à l’aide d’un sachet spécial.

Mais après la mésaventure de la famille de Gérard, ce contrôle supplémentaire ne pourra que ralentir les services d’accès aux avions, des conditions qui demandent des dispositions particulières de la part des passagers. Il est à savoir que le même traitement sera réalisé sur les médicaments et autres liquides douteux.

Category : actualités, aviation

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *