ATR : Le constructeur aéronautique ATR

Constructeurs aéronautiques
Rating: 4.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 18 août 2018)

ATR ou Avions de Transport Régional est un GIE (Groupement d’Intérêt Economique) italo-européen créé en 1981. Il est spécialisé dans la construction d’avions turbopropulseurs d’une capacité allant de 48 à 78 personnes. Il a été fondé par la société française Aérospatiale et la société Alenia Aeronautica alias Aeritalia du groupe Leonardo.

L’ATR d’hier

C’est en novembre 1981 qu’Aerospatiale et Alenia Aeronautica décident de mettre en commun leurs projets de créer un avion régional. Pour le premier, le projet portait sur l’AS-35 tandis que pour le second, cela concernait l’AIT 320).

Les deux entreprises ont signé un accord de partenariat le 4 novembre 1981. Cette fusion a donné naissance au groupement ATR et au projet ATR 42. Ce dernier devait être un avion confortable, facile à piloter et à entretenir. Aussitôt décidé, aussitôt fait puisque dès novembre 1981, le GIE lance son premier programme, l’ATR 42-300.

Les premières commandes furent enregistrées au début de l’année 1982 par diverses compagnies aériennes telles que Cimber Air ou encore Finnair.

Il a toutefois fallu attendre deux ans pour que le premier prototype fit son premier vol, en août 1984. Un an plus tard, en septembre 1985, il fut certifié par la France et l’Italie. En décembre de cette même année, la compagnie Air Littoral le met en service commercial.

Les appareils signés ATR

Le constructeur aéronautique ATR

L’ATR 42 a eu de nombreuses variantes telles que :

  • l’ATR 42-300 : ce dernier avait une plus grande autonomie ainsi qu’une masse maximale au décollage plus importante
  • l’ATR 42-320 : ce dernier est plus performant par temps chaud. Sa construction a été arrêtée en 1996 pour faire place à l’ATR 42-500

Après l’ATR 42, le constructeur s’est lancé dans un nouveau projet : l’ATR 72. Il s’agit d’une version allongée de son prédécesseur dont la mise en service date de 1989.

Qu’il s’agisse de l’ATR 42 ou de l’ATR 72, les appareils du groupement se démarquent par leur aile haute et leur motorisation bi-turbopropulseurs. A partir de la gamme 500, les hélices à 4 pales Hamilton Standard autrefois utilisés firent place à des propulseurs à 6 pales Ratier-Figeac. En ce qui concerne l’avionique faisant office de système de gestion de vol FMS, c’est Thales Avionics qui les fournit.

Les principaux appareils d’ATR sont aujourd’hui :

  • l’ATR 42-300
  • l’ATR 42-500
  • l’ATR 72-200
  • l’ATR 72-500
  • l’ATR 72-600

ATR à l’aube du 21e siècle

Alors que les affaires se sont bien développées jusqu’en 1989, les années 90 a été une période de crise pour le constructeur. Cette dernière s’est étalée de 1990 à 2005.

La cause : la forte concurrence que les avions à hélices ont rencontré face aux avions à réaction. Cela a été influencé par le bas coût du carburant.

La chute a été tellement dure qu’ATR a failli fermé ses portes, mais heureusement pour lui, la crise pétrolière l’a sorti de ce mauvais pas. Durant cette crise, ses avions ont repris de la valeur du fait de leur côté économe. De plus, l’avionneur a eu le temps d’améliorer ses appareils en dotant la gamme 500 de moteurs plus performants.

Vers la fin de l’année 2000, les commandes ont afflué et le groupe a livré près de 50 appareils par an.

Commandes et livraisons

En ce qui concerne les commandes et les livraisons réalisées après sa sortie de crise en 2005, les chiffres les plus marquants datent de :

  • 2011 avec 157 appareils vendus et 78 commandes enregistrées lors du salon du Bourget
  • 2012, année durant laquelle ATR a dépassé les 1 000 appareils vendus depuis sa création. C’est en mai 2012 qu’il a atteint le chiffre symbolique de 1 000e appareil, soit 15 ans seulement après avoir atteint son 500e appareil en 1997. Cette année-là, il a vendu près de 115 appareils
  • 2013 : 83 commandes fermes ont été enregistrées durant le salon du Bourget ce qui a été un nouvel exploit pour le groupe
  • 2014 : 83 appareils ont été livrés
  • 2015 : 88 appareils ont été livrés
  • 2016 : cette année a commencé avec un total de 260 avions commandés. ATR a pu livrer 80 avions et enregistrer 36 commandes au cours de cette année
  • 2017 : 80 appareils ont été livrés, tandis que 113 commandes fermes ont été enregistrées

Le groupement ATR

Ses deux fondateurs ont depuis changé de nom. Le premier, Aerospatiale est devenu Airbus tandis qu’Alenia Aeronautica est devenu Leonardo SPA. Ces deux groupes se partagent la société à parts égales, à raison de 50 % chacun, et pour la diriger, ils ont adopté un système de présidence tournante qui change tous les quatre ans.

En ce qui concerne la production proprement dite, c’est :

  • Leonardo-Fimmeccanica ou Leonardo SPA qui s’occupe de produire les empennages et le fuselage à Pomigliano d’Arco, à Naples
  • STELIA Aerospace, une filiale d’Airbus située à Mérignac qui se charge d’assembler les ailes
  • ATR Toulouse qui se charge de l’assemblage final, des tests et de la livraison sur le site d’Airbus à Saint-Martin-Du-Touch

Soulignons que le siège social du groupement se situe à Blagnac, à proximité de Toulouse.

ATR d’aujourd’hui

De nos jours, plus de 180 compagnies aériennes exploitent encore les avions d’ATR, un record seulement battu par le Boeing 737.  Le groupe s’impose aussi comme étant le leader mondial sur le marché des avions turbopropulseurs pour les avions de 40 à 78 places destinés au transport régional. Dans la branche 50 à 90 places, il occupe 40 % des parts de marché contre 80 % sur le segment turbopropulseurs de cette branche.

Category : Constructeurs aéronautiques

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *