Un navire norvégien arrive à la rencontre des supposés débris du vol MH370

 
actualités | aviation |
Découvrez aussi :

Des objets suspects ont permis de reprendre l’enquête de la part d’un avion australien au large des côtes de l’Australie.

L’enquête sur la disparition du vol MH370 a donné ce jeudi une piste plus ou moins intéressante quand on a pu détecter deux objets suspects au large de l’Australie, une supposition à laquelle la Malaysia Airlines est optimiste puisque l’un des deux objets fait environ 24 mètres.

Malaysia.airlines.b747-400.9m-mph.arp

C’est lors de sa conférence quotidienne que le ministre des Transports malaisien Hussein Hishammuddin a pu faire savoir la nouvelle sur la piste jugée crédible de la découverte des deux fameux objets. Les recherches ont vu la participation d’un navire norvégien, le St Petersburg, présenté par la porte-parole de la compagnie norvégienne Höegh Autoliners.

Selon Christian Dahll, un autre porte-parole, les recherches ont été en vain jusqu’à maintenant puisqu’ils ont été pénalisés par le soleil qui s’est couché vers 13h GMT jeudi dernier. Le navire a été guidé par les autorités australiennes pour arriver finalement sur les lieux mais là, c’est l’obscurité qui les a surpris.

La zone de recherche sur laquelle se trouve le St Petersburg fait une longueur d’environ 100 miles soit 100 km, une longueur qui fera l’objet de va-et-vient de la part du navire norvégien qui, sachons-le, n’est pas équipé de systèmes de repêchage en mer puisque c’est un navire de transport de véhicules, mais qui espère tout de même localiser les deux objets en question, selon le directeur de la Fédération des armateurs norvégiens.

Les services du navire ont été sollicités par les autorités australiennes au cours de sa trajectoire de Port-Louis à Melbourne, en Australie.

La meilleure piste jusqu’à maintenant

Le ministre des Transports a quand même précisé la tenue des recherches sur les premières zones d’investigations à savoir les deux couloirs depuis l’océan Indien à l’Asie centrale et qui fait intervenir aujourd’hui 18 navires, 6 hélicoptères et 29 avions même si aucune piste sérieuse n’a encore été trouvée. Toutefois, deux objets suspects ont été détectés, jeudi dernier, à 2.500 km au sud-ouest de la ville de Perth, au sud de l’océan Indien.

Selon l’Autorité australienne de sécurité maritime ou AMSA, la découverte de ces deux objets est sans doute la meilleure piste qu’ils aient eue depuis le début des investigations mais il faut d’abord aller sur la zone pour en être sûr, une déclaration d’un des responsables du groupe, John Young dans une conférence de presse.

Au premier abord à partir d’images floues, on pense que les deux objets sont enfouis dans l’eau mais remontent à certains moments à la surface. Le Premier ministre australien Tony Abbott  explique alors que l’un d’eux fait environ 24 mètres et que l’autre a une plus petite longueur, des objets qui sont donc très susceptibles de provenir de l’avion disparu.

Un grand espoir dans chaque petite piste

Le ministre des Transports Hishammuddin Hussein précise quand même qu’il n’est pas encore sûr que ces objets proviennent vraiment du vol MH370 et leur localisation exacte sera encore difficile. La Malaisie, quant à elle, soutient l’idée de l’homme d’état en réponse aux diverses critiques qui lui ont déjà été affligées tout au long des recherches. Pour le reste, le ministre a déclaré avoir un espoir dans chaque petite piste.

Ils veulent entreprendre efficacement les recherches, les vérifier pour pouvoir donner une réponse certaine aux familles des passagers du vol MH370 qui attendent surtout une réponse à la question de la localisation de l’avion.

Tags: ,

Category : actualités, aviation

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *